Nous effectuons présentement des mises à jour sur notre site Web. Notre contenu sera très bientôt disponible sous un format renouvelé. Veuillez nous excusez pour les inconvénients.

Facebook Twitter Youtube

Le concept de citoyenneté numérique est basé sur le développement des compétences, de l’engagement, et de la créativité des jeunes dans un contexte d’apprentissage en ligne. Elle ne se penche pas sur les manières avec lesquelles les médias numériques peuvent être utilisés avec de mauvaises intentions. Une telle approche mettrait de côté les bienfaits des médias numériques, ainsi que le devoir que les jeunes ont par rapport à la citoyenneté numérique.

La citoyenneté numérique implique une « littératie numérique », c’est-à-dire une compréhension des limites entre les blagues, les taquineries, les actions inoffensives, et les comportements criminels. Étant donné que les gouvernements sanctionnent de plus en plus la cyberintimidation sévèrement, il est nécessaire que les jeunes, leurs parents et les écoles soient conscients des risques légaux que suscitent leurs actions et qu’ils se familiarisent avec la protection en ligne.

En 2001, Marc Prensky a défini le terme « natifs du numérique » pour décrire l’évolution de la génération d’aujourd’hui dans l’ère numérique. Celle-ci ne peut pas concevoir un monde sans un accès instantané aux cellulaires, aux téléphones intelligents, à l’Internet, à Facebook, à YouTube, et à Google, entre autres. Nous ne nous étonnons pas devant le fait que 98 % des jeunes Canadiens utilisent des médias numériques chaque jour, et 93 % des adolescents américains utilisent Internet[1].

Définir la Frontière soutient que la restriction, le filtrage, et les politiques de tolérance zéro n’aident pas à comprendre la cyberintimidation. Les ressources auxquelles les jeunes ont accès doivent servir à expliquer les limites raisonnables de la responsabilité. L’éducation sensibilise les jeunes aux conséquences de la cybertintimidation et le voyeurisme sur Internet, tout en offrant des renseignements d’une manière interactive et intéressante, sans rabaisser les autres.

Le plus grand défi reste d’aider les jeunes à définir leurs limites juridiques et éthiques lorsqu’ils font face à des préjudices en ligne, et de mettre l’accent sur le leadership des jeunes et des moins jeunes, en ce qui a trait à leur responsabilité sociale et leur citoyenneté numérique.

Traduit de l'anglais et édité par Amélie Lemieux

1. Sydney Jones and Suzannah Fox, "Generations Online in 2009," Pew Internet & American Life Project (2009).

Notre newsletter